accueil
www.eghezee.org
 
   Projets d'Éoliennes

Quelques réflexions

que vous ne trouverez pas dans votre journal...

  1. Emplacement
  2. Autorisations
  3. Caractéristiques techniques
  4. Démantèlement
  5. Aspects financiers
  6. Une éolienne "citoyenne"
  7. Les prédateurs
  8. Conclusions

Éoliennes: la face cachée

Les éoliennes industrielles se multiplient dans nos campagnes, mais on serait bien naïf de croire que c'est surtout l'écologie qui motive les sociétés à en installer et nos dirigeants à leur attribuer des subsides. Suivez l'argent...
La presse est élogieuse et vante leurs avantages, mais parle très peu des questions financières.
Comme on le verra plus loin, une éolienne (mais on devrait plutôt dire "aérogénérateur industriel") est surtout une énorme source de profit au détriment des consommateurs et de l'agriculture familiale.
Parfois, elles sont annoncées comme "citoyennes", ce qui veut dire que la commune ou une association peuvent participer aux bénéfices en y investissant. Voyons d'abord des données concrètes mal connues.

1. Emplacement
Des conditions strictes ont été imposées par la Région en ce qui concerne l'emplacement et la remise en état du terrain en fin de vie (environ 20 ans).
Elles doivent être groupées et à une distance des habitations déterminée en fonction de leur hauteur (environ 750 m). Dans certains sites historiques ou naturels, on ne peut pas en installer.

2. Autorisations
À partir de 3 MW, la Région exige un permis dit "unique" avec étude d'incidence, réunions d'information, enquête publique, et possibilité de recours.
Le promoteur doit aussi obtenir plusieurs autorisations comme par exemple celles de la Défense et des Voies aériennes.

3. Caractéristiques techniques d'une éolienne actuelle (3 MW)
La hauteur du mât est généralement de 120 m avec des pales de 60 m, ce qui fait donc 180 m en haut de pale. C'est presque le double de la hauteur de la citadelle de Namur (100 m) et plus de la moitié de la Tour Eifel (325 m).
Les chiffres qui suivent sont une estimation

Énergie fournie
Elle pourra alimenter 1 788 ménages, ce qui semble énorme. Mais cela ne correspond qu'à une fois et demie l'énergie que consomme (en mazout et à pleine puissance) un seul camion semi-remorque. Et il faudrait 3 000 de ces éoliennes pour produire l'équivalent de ce que délivre la centrale nucléaire de Tihange.
Voici le détail du calcul:
Le vent n'étant pas constant, il faut diviser par 4,2 la puissance de la machine pour trouver sa puissance moyenne.
Elle est donc de 3 000 / 4,2 = 710 kW.
En un an, elle aura fourni 710 x 24 x 365 = 6 257 140 kWh.
En supposant 3 500 kWh de consommation annuelle par ménage, on trouve qu'elle répondra aux besoins de 6 257 140 / 3 500 = 1 788 ménages.

La puissance du moteur d'un camion semi-remorque est de 300 CV, soit 220 kW. Avec un rendement (optimiste) de 45 %, il consomme 490 kW à comparer aux 710 kW de l'éolienne.

Le centrale de Tihange produit environ 20 000 milliards de kWh par an.
20 000 000 000 000 / 6 257 140 = 3 196 éoliennes.


Socle de béton
Son diamètre est d'environ 20 m donc une surface de 300 m2 environ.
Un volume de 300 x 2,5 = 750 m3 de béton pèse 1 875 tonnes.
Il faudra des centaines de mouvements de camions pour évacuer les terres, apporter le béton puis les pièces.

eoliennes 4. Démantèlement
En fin d'exploitation (20 ans ?), le propriétaire de l'éolienne devra remettre le terrain en état sur une profondeur de seulement 2 mètres. Pour cela, une provision doit être constituée et son montant sera fixé par la Région.
La manière dont cette caution est constituée peut être une somme inscrite au bilan de la société (quid en cas de faillite ?) ou bien une garantie bancaire bloquée.

5. Aspects financiers (estimation personnelle)
Une éolienne de cette taille coûte environ 3 millions d'euros auxquels il faut ajouter plus d'un demi million de frais d'installation.

L'électricité produite sera vendue au prix du marché en haute tension qui est actuellement de 4,5 centimes le kWh (45 € le MWh). Source: CREG

Recette brute annuelle:
6 257 140 kWh x 0,045 €/kWh = 281 500 € dont il faut déduire environ 60 000 € de frais.

L'exploitation d'une éolienne n'est pas rentable, mais les subsides la rendent très profitable. D'après un article du Vif écrit par le Pr Damien Ernst, si le courant fourni était payé 8,5 centimes le kWh (recette brute 532 000 € / an), la rentabilité serait assurée.

Dans sa grande bonté, la Région wallonne a décidé que les éoliennes seraient subsidiées (par les consommateurs) par des certificats verts pendant 15 ans à hauteur de 6,5 centimes le kWh. Cette somme se retrouve sur votre facture d'électricité à la rubrique "contribution à l'énergie verte" et porte le kWh éolien à 11 centimes (110 € le MWh).
Au premier janvier 2020, la surcharge fédérale à charge du consommateur pour le financement des certificats verts s’élèvera à 9,0141 euros par MWh (millier de kWh). Pour une consommation moyenne annuelle de 3.500 kWh, cela fait 31,6 €; soit une augmentation de 24 % en un an.
Il faut y ajouter le coût des centrales au gaz subsidiées qui tournent en appoint et pallient les caprices du vent.

La recette brute annuelle de la vente d'électricité d'une éolienne de 3 MW augmentée des certificats verts (pendant 15 ans) sera alors d'environ 688 000 €.
Ainsi, l'investissement est remboursé en moins de 7 ans et l'affaire devient une mine d'or entre la 8e et la 15e année.
Ce sera encore une très bonne affaire pendant les 5 dernières années de durée de vie puisque le prix de gros de l'électricité va considérablement augmenter avec celui du gaz qui remplacera l'énergie nucléaire et que nous achèterons à des pays peu soucieux de démocratie.

6. Une éolienne "citoyenne"
D'après les normes de la Région, 24,9% des parts peuvent être vendues à la commune et encore autant à une association de citoyens.

Ceux qui songeraient à y investir feraient bien de bien s'informer avant d'y souscrire car en matière de finances de mauvaises surprises sont toujours à craindre, comme l'indique une source.
Il ne faut pas oublier que les souscripteurs n'auront que peu d'influence dans les décisions de gestion. D'autre part, comme il a trahi les propriétaires de panneaux solaires, l'État pourrait "découvrir" que les bénéfices des propriétaires d'éoliennes sont exagérés au détriment des consommateurs. Il déciderait soit de les taxer davantage, soit de réduire, voire supprimer, l'attribution de certificats verts.
Il faut toutefois reconnaître que ceci est peu vraisemblable vu l'efficacité des réseaux d'influence de ces sociétés.

7. Les prédateurs
Les communes se sont vite rendu compte de la rentabilité phénoménale des éoliennes et les taxent (15 000 € par an environ chacune).
De même, les bénéfices des sociétés qui exploitent des éoliennes sont imposés par l'État à raison de 29,58 %, et il perçoit ainsi environ 180 000 € chaque année par éolienne amortie !
Une bonne partie du montant facturé aux consommateurs à titre de "contribution à l'énergie verte" est donc détourné par les pouvoirs publics qui l'utilisent pour n'importe quel besoin. Cela s'appelle de l'abus de confiance avec la complicité de la presse, mais après l'intense campagne en faveur du climat, la population est prête à accepter aveuglément tous les sacrifices demandés par cette nouvelle religion.

Mais ce n'est pas tout: la presse déplore la "bulle photovoltaïque" de 2 milliards causée par les certificats verts l'attribuant aux seuls détenteurs de panneaux solaires, sans dire qu'une bonne part, qui ira croissant, revient aux éoliennes. C'est cacher que plus aucune prime ne sera accordée au solaire et qu'en plus leurs possesseurs seront taxés ! Malgré cela on nous dit sans rougir que des panneaux seraient être rentabilisés en 5 à 7 ans.

Pourquoi ne plus encourager l'énergie solaire chez les particuliers ?
Une explication: l'électricité qu'ils produisent, ils ne l'achètent pas aux intercommunales et donc cela réduit les dividendes versés aux communes. Les éoliennes, par contre, rapportent des taxes énormes.
Le fait qu'elles enrichissent des sociétés filiales de multinationales au détriment des simples citoyens n'entre apparemment pas en ligne de compte.

8. Conclusions
1. La provision destinée au démantèlement après 20 ans devrait être indiquée précisément sur base d'un devis, bloquée sur un compte bancaire, et réévaluée tous les 3 ans en fonction de l'indice des prix à la construction

2. En Région wallonne, la Commission compétente (Cwape) a décidé de ne plus stimuler la pose de panneaux solaires chez les particuliers et de taxer ceux qui existent, tout en subsidiant fortement l'implantation d'éoliennes via la facture d'électricité des consommateurs.
La Région a édité une magnifique brochure vantant leurs mérites et donnant sa réponse aux critiques:

Brochure

Les effet inquiétants de cette politique:
* Elle rapporte tellement qu'elle peut inciter les agriculteurs-propriétaires à installer une éolienne à leur compte et à cesser de travailler. Une partie des terres pourrait être vendues à des promoteurs immobiliers, et l'exploitation du reste serait reprise par de riches sociétés agricoles souvent filiales de multinationales. Mauvais coup pour l'agriculture familiale.

* En France où la pluralité d'opinion existe dans la presse, on découvre que les éoliennes sont accusées d'avoir un impact nuisible sur la santé des riverains. De même, le bétail serait affecté: moins de lait, mortalité. À cause des vibrations, le poisson fuirait les zones d'éoliennes en mer, obligeant les pêcheurs à parcourir de grandes distances.
De nombreuses associations y militent contre l'implantation des éoliennes, et expliquent à la population que la transition énergétique n'est qu'une histoire d'argent. Voir les liens ci-dessous.

3. Le choix des éoliennes traduit surtout le désarroi de la classe politique belge qui s'est engagée à produire à partir de 2020 au moins 13 % d'énergie à partir de sources renouvelables et se voit obligée de le faire en urgence "à tout prix". Entendez par là le prix payé par les consommateurs.

Quelques liens:
- Vent de raison
- Nuisance des éoliennes en France
- L'arnaque des éoliennes
- La face noire de la transition écologique
- Énergie éolienne, l'hystérie
- Plaidoyer contre les éoliennes industrielles
- La révolte contre les éoliennes

Retour au menu "Projets"